Les Cathédrales

Toul

Cathédrale : Saint Etienne Maire :
Département : Meurthe-et-Moselle Diocèse : Nancy-Toul
Région : Lorraine Evêque : Monseigneur Jean-Louis Papin
Protection : Classée Monument Historique Statut : Ancienne cathédrale
Propriétaire : Commune
Lien : Adhérent : Oui
   

Particularité architecturale

Véritable résumé de l’architecture gothique, depuis ses prémices jusqu’à la Renaissance, la Cathédrale de Toul se dresse, impressionnante, au-dessus de la cité fortifiée par Vauban. Mélange ottonien et français, l’édifice sera la première cathédrale gothique du Saint Empire romain germanique.
Construite à partir de 1221 et achevée vers 1500, de plan roman et de construction gothique, la Cathédrale Saint Etienne est le symbole de l’histoire brillante et mouvementée de Toul. La cité épiscopale, membre des Trois-Evêchés, n’appartenant ni au Royaume de France ni au Duché de Lorraine, va édifier une cathédrale qui conjugue habilement les styles français, ottonien et rémois. Sa façade flamboyante, partie la plus riche de l’édifice contraste avec l’austérité du gothique rayonnant majoritairement présent dans le reste du bâtiment.
Le cloître a été construit aux XIIIème et XIVème siècles. Il est considéré comme le deuxième plus grand de France : sa galerie Est mesure de 65 mètres et compte 10 travées, au Sud, 40 mètres avec 6 baies et à l’Ouest, 52 mètres pour 8 travées. Une intéressante série de gargouilles vient compléter l’ensemble.
En juin 1940, la Cathédrale subit un incendie qui va décapiter la tour Sud et détruire l’intégralité de sa charpente ainsi que l’orgue et la grande rosace. Les restaurations commencèrent tout de suite après-guerre. Une fois la grande toiture restaurée (1981-1995), l’intérieur de l’édifice peut retrouver son faste et sa polychromie : les travées de la nef principale (2004-2005), le chœur et les transepts (2006-2008) et enfin, les toitures du cloître (2009-2010).

Précisions

Le chevet de la Cathédrale de Toul est l’aboutissement styliste du schéma Tréviro-Lorrain : le chœur n'a pas de déambulatoire et est entouré de deux tours-clochers dont le rez-de-chaussée est ouvert sur le chœur et le transept en chapelles. Ces tours ont existé jusque dans les années 1561 mais ont été démolies suite à l’effondrement de la tour Sud. Aujourd’hui nous trouvons à leur emplacement des toitures en bonnet d’évêque. Les tours du portail sont bâties sur le même schéma de salles intermédiaires ouvertes sur les bas-côtés.

"Détail" historique

La sublime chapelle des évêques est un étonnant élément Renaissance dont le plafond unique, en voûte plate, ne contient aucune structure de maintien. Commandée avant 1532 par l’évêque Hector d’Ailly-Rochefort pour y accueillir sa sépulture, l’ensemble a la plus grande portée jamais réalisée à l’époque : 8 mètres. La voûte est divisée en quatre et est complétée par une division secondaire en quatre également, ce qui donne 16 caissons avec en chacun d’eux un motif de roses sculptées en marbre. Présentant des défauts de construction, notamment dans la répartition des charges de la voûte, la chapelle est entièrement tenue par des étais. Très dégradée, elle est fermée au public, en attente d’une restauration.

Patrimoine mobilier remarquable :

- Au Xème siècle, Saint Gérard décide de bâtir sa cathédrale sur l’emplacement même de l’actuelle et souhaite en faire un lieu de pèlerinage avec de précieuses reliques. Pour cela, il se tourne vers son supérieur, l’archevêque de Trêves et lui demande le Saint Clou. Mais le prélat lui refuse et Saint Gérard se mit à pleurer. Alors, le miracle se produisit : la pointe du Clou se serait séparée de la relique et l’évêque de Toul put la rapporter dans sa cité. Si le miracle prête à sourire, une chose est sûre : le morceau du Clou de Toul coïncide parfaitement avec celui de Trêves…

- La grande sacristie de la Cathédrale, dispose d’un grand meuble remarquable, tant par ses dimensions que par son harmonie. Il couvre toute la largeur de la pièce et s’adapte à l’architecture de la pièce. Cet imposant mobilier en chêne mesure plus de 7 mètres et est constitué de deux niveaux. A sa base, un ensemble du XVIIème siècle et dans sa partie haute, un meuble daté de 1537. Cette seconde partie a été remontée sur le second corps au XVIIème siècle car l’espace était devenu insuffisant, on y accède par un escalier sur le côté. Les ornements étaient suspendus dans le meuble daté de 1537 alors que les objets du culte étaient rangés dans la partie basse. Pour compléter l’ensemble, un corps d’armoire est commandé en 1764. Suite à des infiltrations d’eau dans les années 1980, le sol s’est affaissé sur plus de 20 cm, déformant le meuble sur la moitié de sa longueur. La restauration du grand meuble commence en 2003, par l’atelier LP3 Restauration de Semur-en-Auxois. Nettoyage, traitement du bois puis consolidation, remplacement de certaines parties et complément de marqueteries ont permis une remarquable restauration de l’ensemble qui a pu retrouver sa place dans la sacristie.

- Suite à la destruction des Grandes Orgues Nicolas Dupont lors de l’incendie de juin 1940, un instrument de style néoclassique dû à Curt Schwenkedel est inauguré le 23 juin 1963 par Gaston Litaize. C'est l’un des instruments majeurs du grand Est de la France.

Travaux d'entretien / de restauration :

Depuis l’incendie de juin 1940, la Cathédrale Saint Etienne est un chantier constant. La toiture provisoire posée juste après la guerre ayant beaucoup souffert, des infiltrations d’eau ont fragilisé les voûtes et provoqué des chutes d’enduit. Les grands travaux de restauration commencèrent dans les années 1980 avec la pose d’une nouvelle toiture. Dans les années 1990-2000, c’est la polychromie intérieure qui est restituée et les vitraux sont nettoyés. Dernièrement, le cloître a retrouvé son faste : les toitures ont été changées et les filets de protection retirés.

Plan de financement des travaux d'entretien / restauration :

La Cathédrale Saint Etienne est une ancienne Cathédrale, propriété de la vile de Toul. La ville bénéficie de subventions pour les travaux de restauration et d’entretien : de l’Etat, de la Région Lorraine et du Département Meurthe et Moselle.

Crédits photographiques : Ville de Toul

Photos

Mentions légales   Contact