Les Cathédrales

Troyes

Cathédrale : Saint-Pierre-et-Saint-Paul Maire : François Baroin
Département : Aube Diocèse : Troyes
Région : Champagne-Ardenne Evêque : Mgr Marc Stenger
Protection : Classée MH Statut : Cathédrale
Propriétaire : Etat
Lien : Adhérent : Oui
   

Particularité architecturale

Placée sous l’invocation des saints apôtres Pierre et Paul, la Cathédrale de Troyes offre un exemple accompli d’architecture gothique, enrichie de magnifiques verrières, parmi les plus belles de France. Le chœur, élevé dans la première moitié du XIIIe siècle, à chapelles rayonnantes et double déambulatoire, est d’une grande légèreté et laisse aux vitraux, à sa partie supérieure, tout l’espace disponible entre les piliers. Le transept, construit à la même époque, vit sa façade Nord renforcée au XIVe siècle ; la façade Sud résulte d’une reconstruction des années 1842-1844. Elles offrent, toutes deux, deux grandes roses rayonnantes. La nef et ses bas-côtés doubles, ne sont achevés que vers 1500. Dessinée par Martin Chambiges en 1502-1503, la façade ne fut jamais dotée de sa tour Sud et sa tour Nord adopte le style de la Renaissance à l’étage supérieur commencé en 1559. Son élévation tripartite obéit en revanche aux goûts des Chambiges pour un décor riche et foisonnant, hélas appauvri par le vandalisme révolutionnaire.

Précisions

Au Sud, le palais épiscopal, édifié aux XVIe et XVIIe siècles, a été restauré en 1982 pour accueillir le musée d’Art Moderne. Au Nord, l’ancienne abbaye Saint-Loup, reprise et agrandie au XIXe siècle, abrite le musée des Beaux-Arts et d’Archéologie. Aux alentours, subsistent plusieurs maisons de chanoines et le Grand Cellier du XIIIe siècle, dit cellier Saint-Pierre, remodelé au XVIe siècle en lien avec le chantier de la cathédrale.

"Détail" historique

Quatre siècles furent nécessaires pour mener presque à terme cet immense édifice. A la suite de l’incendie de la cathédrale romane en 1188, l’évêque Garnier de Traînel lança la construction de l’édifice actuel vers 1200. Ce chantier pluri-centenaire connût maintes péripéties : effondrement des parties hautes du chœur à peine achevées en 1228, écroulement de la rosace Nord en 1390, nombreuses interruptions dues aux guerres ou aux manques de fonds qui firent renoncer à terminer la tour Sud. Le XIXe siècle restaura largement une cathédrale aux structures affaiblies par l’absence d’entretien pendant la Révolution et l’Empire.

Patrimoine mobilier remarquable :

Le Trésor

Dès les origines, la Cathédrale dispose d’un Trésor, de nos jours encore installé en lieu et place des deux premières chapelles sud du déambulatoire. Si les chasses médiévales ont disparu à la Révolution, il compte toujours de célèbres reliques ramenées de Constantinople à la suite de la Quatrième Croisade : morceau de la Vraie Croix, chef de saint Philippe…. auxquelles s’ajoutent celles de saint Bernard de Clairvaux. Reconstitué à partir de 1807, il présente aujourd’hui de nombreuses pièces d’orfèvrerie sacrées, dont plusieurs d’époque médiévale découvertes dans les tombeaux des évêques durant les fouilles du XIXe siècle, la statuette reliquaire du doigt de Saint-Jean-Baptiste, un coffret d’ivoire byzantin de la première moitié du XIe siècle, les aumônières dites des comtes de Champagne, plusieurs dizaines de plaques d’émail de Limoges ornant jadis chasses et tombeaux, le psautier dit du Comte Henri, rarissime manuscrit du IXe siècle….

Les vitraux

Les vitraux de la Cathédrale sont particulièrement remarquables. Ceux des chapelles du déambulatoire remontent au XIIIe siècle : Enfance du Christ et Dormition de la Vierge, vers 1200, traités à la façon de miniatures précieuses, Histoire de saint André, vers 1235-1245, de composition plus simple. Les verrières du chœur, véritables parois de verre, demeurent d’une extraordinaire luminosité et comptent l’histoire du Salut dans la perspective du Jugement dernier. On y voit également les grands personnages qui marquèrent la vie de l’église, voire quelques presque contemporains : le roi Philippe Auguste et l’évêque Hervé. Le XVIe siècle n’est pas en reste qui conçoit les verrières hautes de la nef et la splendide rose du transept Nord, posée par Jean Soudain en 1546-1547, sur le thème du Paradis.

Le mobilier

La Cathédrale abrite un mobilier d’époques variées. La chapelle des Fonts baptismaux, œuvre de Chambiges, est pourvue d’une clôture de pierre de Tonnerre, œuvre de Jean II Bailly (1553-1554), formée d’arcades pleinement Renaissance fermées de claires-voies de bois par Matthieu de Rommelles. Le maître-autel de 1779 est dû au dessin du parisien Jean-Henri Genlitz. Comme les stalles, le grand orgue également du XVIIIe siècle, œuvre de Jacques Cochu, augmenté par Cliquot, provient de l’abbaye de Clairvaux. On notera l’intérêt, d’une part, de l’autel de la Vierge, construit par Baltard fils et surmonté d’une vierge toute romantique de Simart (1843-1845), d’autre part, de la chaire à prêcher par l’architecte Gounod et le sculpteur Triqueti (1844). A survécu une chaire à prêcher mobile du XVIe siècle, meuble d’une certaine rareté. Enfin, ces dernières années, plusieurs commandes ont permis d’ajouter à cet important patrimoine plusieurs mobiliers liturgiques, tableaux et statues, contemporains, qui manifestent combien la Cathédrale demeure un édifice accueillant à la création.

La statuaire

De nombreuses statues, parfois issues d’édifices disparus, peuplent la Cathédrale, rappelant toute l’importance de cet art à Troyes et dans la Champagne du Moyen Âge à la Renaissance. On donne généralement au maître de Chaource l’Ecce Homo de l’ancien cloître des Cordeliers. Egalement du XVIe siècle, le baptême de saint Augustin est un groupe sculpté de belle ampleur provenant de l’abbatiale Saint-Loup voisine.

La peinture

Du XVIe siècle toujours, période particulièrement faste pour Troyes, datent plusieurs peintures de grande qualité, dont une dernière Cène, commandée, peut-être en Italie, par l’évêque Guillaume Parvi, directement inspirée de la célébrissime composition de Léonard de Vinci à Milan et pourvu d’un cadre sculpté de rinceaux et de médaillons à l’antique.


Informations pratiques :

De Avril à Octobre

Ouverture de la Cathédrale et du trésor du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h; le dimanche de 14h à 18h.

De Novembre à Mars

Ouverture de la Cathédrale et du Trésor du lundi au samedi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 17h; le dimanche de 14h à 17h.

Photos

Mentions légales   Contact