Ressources

Cathédrales : faire payer les touristes à l'entrée ?

Le Ministère de la Culture a annoncé étudier la faisabilité de rendre payantes les cathédrales pour les touristes. Objectif : financer le coût de l'entretien et de la restauration de ces 178 édifices classés monuments historiques.

La question se pose d'autant plus pour les villes propriétaires de Cathédrales (juridiquement "anciennes cathédrales", déchues de leur titre au moment du Concordat de 1901 et laissées à la propriété de la Commune à l'occasion du partage des biens de l'Eglise en 1905). Pour ces villes, la Cathédrale est un élément d'attrait indéniable. Mais c'est aussi une charge difficile à assumer. Pour toutes, le premier défi reste celui du financement du gardiennage : l'ouverture des Cathédrales dépend très souvent de la bonne volonté de bénévoles. Au-delà de la simple "ouverture" de l'édifice, il est impératif pour les villes d'organiser la surveillance des lieux, afin d'éviter les vols et d'assurer la sécurité de ce monument historique ouvert au public.

Cette question de la mise en place d'un tarif à l'entrée a fait débat aussi au sein de notre réseau : s'il représente effectivement une solution possible, elle apparait techniquement et philosophiquement contestable.

Techniquement, parce qu'il est difficile de distinguer le touriste du fidèle - à moins de rendre gratuite l'entrée pour tous au moment des offices, au risque de surcharger la cathédrale lors de ces moments de prière.

Philosophiquement, parce que la vocation première de la Cathédrale est d'être un lieu ouvert. La stratégie des villes consiste avant tout à inciter les touristes à entrer dans la Cathédrale, quand ils se contentent souvent d'en faire le tour rapidement. La tarification à l'entrée irait donc à l'encontre de la volonté des villes, en plaçant un obstacle de plus à l'entrée des touristes.

Une solution conciliatrice proposée par la Ville de Beauvais : généraliser la tarification à l'entrée des annexes (trésor, crypte, accès aux cloches, toits). C'est le cas de la Cathédrale de Beauvais qui fait payer le spectacle de son horloge astronomique, d'une durée de 25 minutes, au tarif de 4€ (tarif réduit jusqu'à 1€, gratuit pour les plus petits). L'essentiel est de préserver malgré tout l'accessibilité du lieu en proposant un tarif qui ne soit pas prohibitif. 

Retrouvez les articles de presse sur le sujet :

LOCALTIS : http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/Print/Actualite&cid=1250267939323

LE FIGARO : http://www.lefigaro.fr/culture/2014/10/17/03004-20141017ARTFIG00026-il-est-venu-le-temps-des-cathedrales8230-payantes.php?print=true

PELERIN MAGAZINE : A venir 

 
Mentions légales   Contact